février 29, 2024
Olivier Latendresse

Olivier Latendresse; de l’Amérique du Nord aux plus belles villes de l’Europe

Olivier Latendresse a connu une belle carrière en Amérique du Nord et par la suite en Europe, où il a pu apprécier les plus beaux paysages du monde. Aujourd’hui, revenu dans son patelin à Sainte-Catherine, il redonne à la communauté. Il partage son savoir pour aider les jeunes hockeyeurs de la région.

De la guerre de la 117 à signer avec les Coyotes

Repêché en première ronde, 5e au total, par les Foreurs de Val d’Or en 2002, Olivier Latendresse a connu la rivalité avec les Huskies de Rouyn Noranda. À cette époque, hors de question de parler à son adversaire de la 117 pendant l’échauffement sur la ligne rouge. L’attaquant avait aussi une petite rivalité personnelle avec Drummondville; son frère Guillaume jouait avec les Voltigeurs.

Crédit photo: LHJMQ

L’année de sa première année d’éligibilité au repêchage de la LNH, Olivier entendit que les Coyotes de Phoenix voulaient l’avoir absolument. Peu avant le Jour J, les rumeurs voulaient même qu’il parte en 6e ronde. Finalement, son nom n’était pas sorti. Il décida alors de prendre le téléphone.

« J’ai demandé le numéro de téléphone de Mike Barnett, DG des Coyotes. Il était sur le plancher du repêchage. Je me suis présenté. J’ai dit mes statistiques et que je voulais une invitation au camp de l’équipe. Une semaine plus tard, j’ai reçu son invitation. »

Olivier Latendresse

Plus tard dans l’été à ce camp, à Los Angeles, Olivier Latendresse impressionna. Lors du premier match du tournoi des recrues, l’attaquant marqua, forçant l’organisation à le remettre le match suivant. Il répondit encore à l’appel avec un autre but.

« J’avais un tournoi, où tout marchait. Après trois parties, il m’ont rencontré pour m’offrir un contrat de trois ans. Je n’ai même pas regardé le montant. Je me suis dit que c’était un contrat de la LNH! »

Olivier Latendresse

Un changement dans l’organisation, un échange et un championnat

Suite à un bon camp à 20 ans, Olivier Latendresse se dirigea dans la LAH avec le Rampage de San Antonio. Après un début de saison difficile, il prit la direction des Roadrunners de Phoenix dans la ECHL.

La saison suivante, l’organisation fit peau neuve et remplaça les têtes dirigeantes de son organisation. Ceux qui croyaient en lui, étaient partis vers d’autres cieux. La pente allait être difficile à monter. Néanmoins, Olivier connut une excellente saison dans la CHL jusqu’à temps qu’il reçoive un appel. Le Canadien de Montréal venait de faire son acquisition en retour de Cory Urquhart.

Il termina l’année avec les Cyclones de Cincinnati dans la ECHL. Après une récolte de 7 buts et 28 passes en 24 parties en saison régulière, son équipe remporta les séries. Olivier souleva la Coupe Kelly avec des coéquipiers comme David Desharnais, Jean-Michel Daoust, Thomas Beauregard et Cédrick Desjardins. Tous les espoirs étaient maintenant permis. Cependant, à la fin de 2009-2010, il quitta pour tenter l’aventure en Europe.

Olivier Latendresse
Crédit photo: Gracieuseté d’Olivier Latendresse

Un nouveau mode de vie en Europe

Après une année fructueuse en Allemagne, Olivier Latendresse se dirigea vers l’Autriche. À Graz, l’attaquant allait faire sa niche. Sur la glace, il trouva son compte, mais aussi à l’extérieur avec un mode de vie différent. Pendant sept belles années dans la Ligue d’Autriche, il allait voyager dans les plus merveilleuses villes de l’Europe comme Bolzano, Innsbruck et Vienne.

Par la suite, le hockey étant dur pour le corps, Olivier chercha pour une ligue avec moins de matchs. Il voulait aussi se retrouver avec une équipe qui avait des bonnes chances de remporter la coupe; direction la France, à Grenoble. Lors de sa première saison en territoire français, Olivier souleva la coupe de la Ligue Magnus. Pour son dernier tour de piste, il allait s’arrêter à Angers la saison suivante.

Crédit photo: Fabien Baldino

Aujourd’hui, Olivier Latendresse est revenu dans son patelin à Sainte-Catherine et il s’occupe, à titre de directeur, de la structure hockey du Collège Charles-Lemoyne. Il redonne également aux jeunes joueurs d’hockey de la région, à travers l’école de hockey qu’il a fondé, Latendresse Hockey.

Pour écouter l’entrevue complète avec Olivier Latendresse:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.