juillet 21, 2024

Stéphane Pilotte; de professeur d’éducation physique à dépisteur pour les Ducks d’Anaheim

Très tôt, Stéphane Pilotte a eu la passion pour la recherche, les comptes rendus détaillés et le sport. Il aurait aimé devenir journaliste sportif. Son parcours l’a plutôt amené à combiner deux passions. Il est devenu enseignant en éducation physique et dépisteur dans le hockey. Depuis quelques années, il épie le talent à temps plein avec les Ducks d’Anaheim.

Il a baigné tôt dans le bain

Stéphane Pilotte était un excellent joueur de tennis. Dans sa jeunesse, il enseignait même ce sport. C’est d’ailleurs au Club de Tennis de Longueuil, qu’il a rencontré M. Claude Ruel, ancien développeur/dénicheur de talent pour le Canadien de Montréal.

À 11 ans, Stéphane se promenait déjà dans les arénas du Québec pour rapporter les statistiques dans les différents territoires. Au passage, il prenait bonne note sur les forces et les faiblesses des joueurs.

En 1989 et à 22 ans seulement, il se fit engager par Jacques Dubé comme dépisteur pour les Voltigeurs de Drummondville. Son salaire était alors de 1000 $ dépenses incluses. À peine trois ans plus tard, il obtint une opportunité avec les Cataractes de Shawinigan. Il devint dépisteur en chef et adjoint au directeur général.

À la même époque, Stéphane Robidas et Jason Pominville allaient se faire repêcher par l’équipe de la Mauricie.

En 1994, Michel Dumas, dépisteur en chef pour les Blackhawks de Chicago lui donna des tâches. Il devait livrer des rapports sur les espoirs du Québec et faire une liste. Il en fut ainsi, jusqu’à temps qu’un règlement de la LHJMQ empêcha les directeurs gérants de la ligue d’être aussi dépisteur dans la LNH.

Il a fait son nom dans la LHJMQ

En 1999, Stéphane Pilotte vit les portes de Val d’Or s’ouvrirent à lui. Il devint le directeur général des Foreurs. Lors de la saison 2000-2001, son équipe fut championne des séries dans la LHJMQ et gagna son billet pour la Coupe Memorial avec des Simon Gamache, Stéphane Veilleux et Brandon Reid dans l’équipe.

Sous son règne, les Foreurs connurent des années fastes. En 2006-2007, l’équipe perdit en finale des séries. Des joueurs comme Brad Marchand et Kristopher Letang faisaient partie de la formation.

En 2008, le Junior de Montréal fit son entrée dans la LHJMQ. Avec Pascal Vincent au poste de directeur général et d’entraîneur, Joël Bouchard et Dominique Ducharme aux postes d’assistant, Stéphane Pilotte se joignit à ce personnel tout étoile, comme adjoint au directeur général et directeur du recrutement.

Il gardera les mêmes fonctions, lorsque le Junior déménagera à Blainville-Boisbriand trois ans plus tard.

Crédit photo: Armada de Blainville-Boisbriand

Une opportunité avec les Ducks d’Anaheim

Déjà à l’époque, où Martin Madden Jr. travaillait avec les Rangers de New York comme dépisteur, les deux s’échangeaient des informations sur des joueurs. Plus tard, quand Madden fut nommé directeur du recrutement des Ducks d’Anaheim, la complicité s’est poursuivie.

« Quand Alain Chainey a quitté les Ducks pour faire de la télévision, j’ai reçu un appel de Martin, qui m’a offert le poste de dépisteur à temps partiel avec les Ducks. J’ai toujours eu une bonne relation avec lui. »

Stéphane Pilotte

Quelques années plus tard, Stéphane fit le grand saut. Il quitta son poste d’enseignant en éducation physique pour accepter un poste à temps plein avec les Ducks. Tout ce temps dans le dépistage et il cumulait un autre emploi; un homme occupé.

Le quotidien de Stéphane Pilotte

En ce moment, 50% du travail de Stéphane Pilotte est d’épier le talent québécois. L’autre moitié du temps, il la passe à observer les joueurs de l’Ontario et de L’Équipe nationale de développement des États-Unis. À la fin de la saison, il doit fournir des rapports sur les joueurs à surveiller pour le prochain repêchage, des rapports pour les joueurs qualifiés de underage et un rapport complet sur tous les joueurs.

Comme tous les recruteurs dans le métier, Stéphane Pilotte attribut le mérite des sélections à son équipe. Son équipe, les Ducks d’Anaheim, a fait plusieurs bons coups au repêchage depuis quelques années.

« Nous étions surpris que Trevor Zegras soit toujours libre au neuvième rang. Peut-être que des organisations ont eu peur de sa personnalité. Cependant, son talent est indéniable, il est électrisant et amène un aspect spectacle aux partisans. »

Trevor Zegras

Un chef de file de la filière québécoise

La filière québécoise est bien représentée chez les Ducks avec les Maxime Comtois, Simon Benoit et Benoit-Olivier Groulx. Si l’on regarde à travers la LNH, Stéphane Pilotte fait partie de cette filière d’hommes de hockey de talent, provenant du Québec; des meilleurs.

La filière de la famille Pilotte est aussi assurée, car le fils de Stéphane, Étienne Desmarais-Pilotte, est actuellement dépisteur chez l’Armada de Blainville-Boisbriand. La pomme n’est pas tombé loin de l’arbre!

Un jour, un poste avec le Canadien comme dépisteur en chef ou adjoint au directeur général pour Stéphane Pilotte? Une chose est sûre, il possède les compétences pour le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation. We are committed to protecting your privacy and ensuring your data is handled in compliance with the General Data Protection Regulation (GDPR).