Entrevue

Julien Cayer lance un message à propos des commotions

En 2007, Julien Cayer était un des rares joueurs à avoir pris le chemin du hockey aux États-Unis. Au passage, il s’est fait repêché en 5e ronde, 151e au total par les Red Wings de Détroit. Cependant, des commotions cérébrales à répétition sont venues contrecarrées ses plans et mettre un terme à sa carrière prématurément. Aujourd’hui, il lance un vibrant message aux jeunes joueurs qui pourraient avoir le même problème.

Un de ses rêves se réalise!

Lors de son année au Prep School Northwood, l’attaquant québécois a connu une très bonne saison. En 42 parties, celui-ci a cumulé des chiffres intéressants de 24 buts et 32 passes, avec un certain Alex Chiasson, aujourd’hui avec les Oilers d’Edmonton. C’est suite à ce brio qu’il entend son nom en cinquième ronde au repêchage de 2008. Par la suite, il s’est joint aux Golden Knights de l’Université Clarkson pour quatre années.

Julien Cayer
Crédit photo: Université Clarkson

« J’étais là à Ottawa au repêchage et je suis content d’avoir vécu ce moment. Quand Détroit a annoncé mon nom au micro, j’ai descendu à la table et tout le monde de l’organisation était là. Scotty Bowman s’est levé et a dit son nom pour se présenter. Dans ma tête, c’est moi qui aurait dû me présenter! »

Les commotions cérébrales ont contrecarré ses plans

Pendant son année junior et ses années universitaires avec l’Université Clarkson, Julien Cayer a subi quelques commotions cérébrales. L’historique était bien là.

« D’emblée, je savais que j’étais plus fragile au niveau de la tête au début de ma carrière pro, alors je me suis dit que j’allais jouer la même « game », mais être plus vigilant. »

En 2012, lorsqu’il s’est joint aux Royals de Reading dans la ECHL, Julien pensait que tout ça était derrière lui. Malheureusement durant une partie, lorsqu’un de ses coéquipiers lui envoie la rondelle, un adversaire est arrivé comme un train pour lui donner une mise en échec. Les lumières se sont éteintes pour se rouvrir dans la chambre avec le docteur de l’équipe.

Julien Cayer
Crédit photo: Royals de Reading

La saison suivante sur une mise en échec de routine, il sentit que quelque chose n’allait pas. Dans les jours suivants, il eut des sueurs froides et des maux de tête. Une pause dans les activités de l’équipe lui fait penser qu’il aura un répit. Cependant, alors en voyage pour un match sur la route, il ressentit encore des étourdissements qui l’amèna jusqu’à vomir dans sa chambre d’hôtel.

« Au déjeuner de l’équipe le lendemain matin, j’ai vu le coach et je lui ai dit que j’étais malade et que j’avais une gastro. Je ne voulais pas lui dire que j’avais peut-être une commotion, parce que je voulais pas perdre ma place dans l’alignement. »

Un message qu’il veut lancer aux jeunes hockeyeurs

« Écoutez-vous. Un poignet, vous allez vous faire opérer, il n’y a pas de stress, mais la tête…Vous allez rester avec des séquelles. Personne ne va vous juger. Ce n’est plus tabou. À l’époque je ne voulais pas avoir l’air d’un cave de le dire, mais aujourd’hui c’est moi qui a l’air d’un cave. Tu n’es pas moins bon parce que tu as une commotion. Écoutez-vous et prenez le temps nécessaire pour guérir, mais davantage s’il faut. »

Aujourd’hui, Julien Cayer a trois enfants, mais il y a des jours, où il ne peut pas aller jouer dehors avec eux à cause des maux de tête. Cependant avec le recul, il est heureux d’avoir mis un terme à sa carrière au bon moment et d’avoir avoué au lieu de cacher. Aujourd’hui à 31 ans, il est maintenant courtier immobilier, il a plein de projets et il peut s’offrir une belle qualité de vie, entouré de sa famille.

Voici le lien de l’émission dans laquelle Julien Cayer s’est entretenu avec nous: https://www.youtube.com/watch?v=FtutdDb_VGM&t=3517s

Laisser un commentaire

Paperblog
%d blogueurs aiment cette page :