mai 25, 2024
Damien Prevate

Damien Prevate; du Québec à la Suisse pour poursuivre son rêve

Damien Prevate a grandi à St-Lambert sur la Rive-Sud de Montréal. Il a joué son hockey mineur à Brossard et Longueuil, en plus d’avoir passé quelques années dans la structure des Riverains du Collège Charles-Lemoyne. Quand la COVID est arrivée, les plans ont changé et Damien a pris le chemin de la Suisse.

Damien possède la nationalité Suisse

C’est pendant l’été 2020, que Damien a décidé de jeter un coup d’œil aux possibilités qu’offrait la Suisse. D’abord, il faut savoir que l’attaquant possède la nationalité suisse, par sa mère. Depuis sa jeunesse, il lorgnait le pays du fromage et du chocolat.

« Genève montrait de l’intérêt pour moi et la possibilité de voir la saison au Québec être annulée, était réelle. Quand la saison 2020-21 a finalement été annulée au Québec, j’ai choisi Genève-Servette; la ville était francophone et le club était géré par quelques québécois. »

À Genève, il se sent à la maison

En rejoignant Genève-Servette, Damien Prevate allait rejoindre une organisation, qui possédait tout un contingent de québécois. Patrick Émond, entraîneur-chef de l’équipe professionnelle depuis trois saisons; Louis Matte, entraîneur-adjoint de la même équipe, en plus d’être directeur du développement des joueurs de l’organisation. Il y avait aussi le renommé Patrice Bosch, entraîneur U20; maintenant, dans l’organisation de Lugano.

« Même si je n’étais pas directement en contact avec ces gens, je savais, que je pouvais me tourner vers eux en cas de problème. En plus, ça fait du bien d’entendre l’accent québécois de temps en temps. »

Aller vivre dans un pays inconnu et de recommencer à zéro, socialement, ça peut faire peur. À son arrivée à Genève, une ville francophone, Damien s’est senti tout de suite chez lui. Ses coéquipiers lui ont fait faire le tour de la ville et l’ont intégré au groupe. Ils rigolent encore tous les jours de son accent.

L’adaptation au hockey européen et le système d’éducation différent

Froidement, on peut penser que la seule différence entre le hockey nord-américain et le hockey européen, se situe au niveau de la dimension de la glace. Le style de jeu et les règles sont différentes. Damien a du prendre une vingtaine de matchs pour s’adapter.

Au niveau des études, le jeune homme de 17 ans est actuellement à sa deuxième année d’études en commerce; il a des cours de comptabilité, de marketing économique, de droit, en plus des cours habituels comme le français et les mathématiques.

« Les Suisses ont 3 choix pour leur éducation. Le premier serait d’aller à l’école de culture générale. On y retrouve les cours de base comme le français, les maths et l’histoire. On pourrait la comparer au secondaire au Québec. La deuxième option est d’aller au collège; une version améliorée de l’école de culture générale. On y retrouve des cours de chimie, de trois différentes langues et tous les autres cours habituels. Le dernier choix est celui de l’école de commerce, où je vais. »

Damien Prevate est un fou du hockey et son père a toujours joué un grand rôle dans sa passion. Lors de son passage au Collège Charles-Lemoyne, il a beaucoup appris avec l’entraîneur Joël Perreault. Lorsque la COVID s’est pointée le bout du nez, les portes de la Suisse se sont ouvertes. Il était rendu là dans son processus; le jeune homme n’a fait que sauter pleinement… pour poursuivre son rêve!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation. We are committed to protecting your privacy and ensuring your data is handled in compliance with the General Data Protection Regulation (GDPR).