avril 13, 2024
Xavier Simoneau

Xavier Simoneau; du M18 AAA à 14 ans, à espoir avec le Canadien de Montréal

Xavier Simoneau a réalisé un de ses rêves cet été, lorsque le Canadien de Montréal a fait de lui leur choix de 6e ronde, 191e au total. À travers sa courte carrière, l’attaquant natif de St-André-Avellin a vécu des hauts et des bas, la pression d’un joueur étiqueté tôt et plusieurs déceptions. Cependant, toutes ses épreuves l’ont aidé à grandir en tant qu’individu. S’il est aujourd’hui, le joueur qu’il est; c’est qu’il a travaillé fort, malgré l’adversité. Il a de la maturité sur la glace, mais aussi en dehors. Le Canadien a su le reconnaître.

La pression de jouer à 14 ans dans le M18 AAA

C’est assez exceptionnel de jouer à 14 ans dans le M18 AAA. Lors de la saison 2015-2016, Xavier Simoneau l’a fait avec l’Intrépide de Gatineau, notamment en même temps que Samuel Poulin et Xavier Parent. Déjà là, on avait collé une étiquette dans son dos. En plus, il allait vivre la comparaison avec ces deux joueurs.

« À 14 ans c’était spécial aussi, car je quittais la maison pour aller en famille de pension. St-André-Avellin est à une heure de Gatineau, alors je me devais de quitter pour poursuivre mon rêve. Ce n’était pas facile non plus de jouer contre des plus vieux joueurs. Je ne regrette pas ma décision. Je pense que ça m’a aidé et en plus, j’avais un excellent entraîneur en Martin Lafleur. »

Dominique Ducharme a été son meilleur entraîneur

Lors de sa première saison dans la LHJMQ avec les Voltigeurs de Drummondville, Dominique Ducharme était son entraîneur. Outre son excellente production de 17 buts 28 passes pour un joueur recrue; Xavier a adoré sa saison avec coach Ducharme.

« Je vois souvent des choses passées sur lui et ça me fait un peu de quoi parce que je ne pense pas que tu peux être un mauvais coach, quand tu as gagné le Championnat du monde junior, la Coupe du Président et la Coupe Memorial. C’est probablement le meilleur coach que j’ai eu; un de meilleurs coachs que j’ai eu avec Steve Hartley. »

Lorsqu’on demande à Xavier, pourquoi il a autant aimé Dominique Ducharme, Il trouve qu’il était très proche avec ses joueurs; sans être celui qui parle le plus. On peut le remarquer d’ailleurs, lors des conférences de presse. Cependant, le message était très clair.

« Il va te dire les bonnes affaires et te dire ce que tu veux que tu fasses. Quand je suis arrivé à 16 ans, il m’a donné du temps de qualité. Il voulait que j’apprenne. Dans une carrière, tu vas en faire des erreurs, mais il me remettait sur la glace et il me montrait comment faire. Il prenait le temps avec ses joueurs. »

Son repêchage dans la LNH et son premier camp avec le CH

Après une troisième année d’admissibilité, cette fois-ci, c’était la bonne. Xavier Simoneau n’était pas en veston et cravate à l’aréna, mais bien en pantalon moulant sur un terrain de balle-molle, lorsqu’il a appris que le Canadien de Montréal l’avait repêché. L’annonceur a pris le micro pour arrêter le jeu et faire l’annonce.

« J’étais avec ma famille et mes amis sur le terrain, alors c’était spécial. Tout le monde voulait me sauter dessus pour me féliciter, mais ma mère me tendait le téléphone pour que je parle à Trevor Timmins. »

La première fois que Xavier est arrivé au camp du Canadien, c’était spécial de côtoyer les joueurs de l’équipe de son enfance. La vitesse était peut-être la plus grosse différence selon ses dires, mais son sens du hockey l’a énormément aidé. Un joueur comme Jonathan Drouin a aussi pris du temps avec lui.

« Jonathan Drouin était ouvert avec tout le monde. Quand tu avais des questions tu pouvais lui poser. Il était comme ça avec moi, mais aussi avec tout le monde. Je l’ai bien apprécié. »

De retour avec les Islanders à Charlottetown

Lorsqu’il a quitté pour les Islanders de Charlottetown, Xavier repartait du camp du Canadien avec plusieurs outils en plus dans son coffre. Avec sa nouvelle équipe junior, l’attaquant allait avoir à s’adapter à un nouveau milieu; aussi à un milieu anglophone. Ça ne peut que l’aider pour la suite des choses.

« Cette année avec Charlottetown, c’est sûr qu’être dans un milieu anglophone ça va m’aider. Aussi, j’ai du feedback de mon entraîneur junior; j’en ai aussi des deux entraîneurs du développement du Canadien qui me parlent à chaque semaine. Ils sont venus me voir jouer à l’aréna et ils m’ont dit de ne pas ralentir ma game. Ils voulaient que je sois toujours dans le tapis. »

Jusqu’ici cette saison, Xavier a récolté 7 buts 16 passes en 13 parties. Son équipe pointe actuellement au deuxième rang du classement général de la LHJMQ. Les choses vont bien en ce moment et il continue de travailler fort.

Oui, la pression et les épreuves ont été bénéfiques pour Xavier Simoneau. Il s’est toujours relevé. Il n’a jamais baissé les bras. Une chose est certaine, nous n’avons pas fini d’entendre parler de la fierté de St-André-Avellin.

Pour écouter l’entrevue complète de la Source du Hockey avec Xavier Simoneau, rendez-vous ici!

2 réflexions sur « Xavier Simoneau; du M18 AAA à 14 ans, à espoir avec le Canadien de Montréal »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.