LNAH

La LNAH démystifiée : Martin Larivière, son accident aurait pu lui faire arrêter le hockey

Pour Martin Larivière, la LNAH c’est comme sa Ligue nationale de hockey. Cependant, rien de ça n’aurait pu arriver à cause d’un accident de voiture, juste avant son départ pour l’équipe d’Asnières en France, à la veille de sa première saison pro. Heureusement, grâce à sa force de caractère, il s’est remis sur pied, il a réappris à marcher et a connu une carrière de tout près de 15 ans comme joueur d’hockey.

Il a toujours fallu qu’il fasse sa place

Martin Larivière a pratiquement toujours joué dans le AA, jusqu’à midget AA. À 17 ans, il a joué quelques matchs avec les Riverains du Collège Charles-Lemoyne, mais il n’a jamais été repêché dans la LHJMQ ni dans la LHJAAAQ.

« Mon père a longtemps été mon entraîneur. Étant ti-cul, j’ai suivi mon père partout dans les arénas. Il m’a beaucoup inspiré. Pour ceux qui le connaissent, savent que mon caractère bouillant ne vient pas du voisin. »

À son année de 18 ans, quelqu’un du West Island l’avait approché pour faire partie d’un programme prep school, mais durant le camp, le projet est tombé à l’eau. J’ai cependant reçu une invitation du Collège Français de Longueuil dans la LHJAAAQ. À partir de là, il a compris que ses poings allaient lui servir pour le reste de sa carrière.

Dans la LHJAAAQ avec Longueuil et Lachine, Larivière amasse 76 points en 145 matchs, dont un sommet de 11 buts et 31 passes en 2001-2002. Il cumule aussi un impressionnant total de 572 minutes de pénalité pendant son épopée dans cette ligue.

Un accident qui aurait pu terminer sa carrière

« À mon année 20 ans, j’ai signé un contrat en D1 en France, à Asnières plus précisément. Mais, quelques semaines avant l’été et mon départ, j’ai subi un accident de voiture. Résultat; quadruple fractures ouvertes à la cheville droite et fracture des 5 métatarses du pied gauche. J’ai aussi subi une trachéotomie. Je croyais à ce moment ne plus jamais rejouer au hockey, car j’ai dû réapprendre à marcher. »

Au bout d’un long processus de 1 an et demi, il s’est présenté au camp d’entraînement des Aigles de St-Jean Senior AA. Personne ne le connaissait. En fait, il s’était lui-même invité au camp!

Les portes de la LNAH s’ouvrent à lui

Après deux ans dans le Senior AA et 110 combats plus tard, les portes de la LNAH se sont ouvertes pour Martin Larivière. Il a commencé dans la LNAH à temps partiel avec Sorel et Saint-Hyacinthe.

Crédit photo: Hugo Cotnoir

« Toute ma vie, j’ai dû bûché pour ouvrir les portes de mon parcours. Une fois qu’elles étaient ouvertes, j’ai toujours dû travailler fort pour garder ma place. Je ne l’ai jamais eu facile. Je crois que ma détermination et ma force de caractère ont été mes plus grands atouts à travers les années. »

Il finira par vraiment s’établir pendant tout près de neuf saisons à Thetford Mines. C’est avec cette équipe qu’il a connu ses plus belles années et ses meilleurs moments, notamment la conquête de la coupe en 2011-2012 et en 2014-2015.

Et le travail dans tout ça?

Dernièrement, vous avez pu voir Martin Larivière dans Combats d’une vie, sur les ondes de TVA Sports, pour parler de son rôle de bagarreur. Cependant, celui-ci aurait bien pu avoir, aussi, une carrière dans les communications, car il avait étudié au cégep dans ce domaine…et en théâtre!

Aujourd’hui chez Hydro-Québec, il est également depuis 2018, assistant-entraîneur avec le Cool FM de St-Georges-de-Beauce.

Crédit photo: Hugo Cotnoir

Pour entendre parler Martin Larivière de sa passion du hockey, de la fraternité dans une chambre et de sa fierté de jouer devant des milliers de spectateurs dans la LNAH, rendez-vous le dimanche 21 mars à 19h, pour l’émission spéciale de la Source du Hockey, La LNAH démystifiée, avec comme invité, Martin et 12 autres joueurs et artisans de la ligue.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :