février 28, 2024
Logo des Sharks de San Jose

L’histoire des Sharks de San Jose

Après avoir jeté un coup d’œil à l’histoire des Capitals, des Blues et des Blue Jackets, voici mon quatrième billet de la série sur l’histoire des équipes de la LNH et de leur logo. Les Sharks, le nom d’une équipe actuelle, mais un nom qui a existé autrefois. En effet, lorsqu’on fait des recherches de généalogie, les Sharks de San Jose sont les descendants de vieilles équipes et rien n’aura été simple dans les générations précédentes des Sharks. Voici l’histoire des Sharks de San Jose.

De la Californie à l’Ohio

Il faut en effet remonter aussi loin qu’en 1967 pour retracer l’ADN des Sharks. La LNH passait alors de six à douze équipes dans une méga expansion. De ces six équipes, deux allaient avoir pignon sur rue dans l’état de la Californie, soient les Kings de Los Angeles et les Seals d’Oakland. Et c’est avec ces derniers que débutent l’histoire de l’apparition des Sharks de San Jose dans la LNH.

L’histoire des Seals n’est pas simple. Après avoir joué trois saisons sous le nom de ‘’Oakland Seals’’, ils ont joué les quatre suivantes sous le nom de ‘’California Golden Seals’’, puis finalement, les deux dernières avec le nom de ‘’California Seals’’. Ces neuf saisons ont pratiquement tous été désastreuses et après que des plans pour la construction d’un nouvel aréna à San Francisco aient échoués, le propriétaire minoritaire George Gund III a persuadé le propriétaire majoritaire (Mervil Swig) de déménager l’équipe dans sa ville natale de Cleveland en Ohio.

Donc, en 1976, les Barons de Cleveland sont nés. Ils auront évolué dans la ville aux abords du Lac Érié seulement deux saisons. Comme son ancêtre, ce ne fut pas une aventure glorieuse, car même si les Barons évoluaient dans l’aréna ayant à ce moment, la plus grande capacité dans la LNH soit 18,544 sièges (Richfield Coliseum), ils n’auront malheureusement brisé la marque de 10,000 spectateurs qu’à sept reprises au cours de leur courte existence.

En 1977-1978, des difficultés financières, mettant en péril la fin de la saison de l’équipe, ont poussées les propriétaires à demander à la LNH de les aider financièrement. Cependant, ils essuyèrent un refus. Les employés, y compris les joueurs, n’ont pu être payés durant les deux derniers mois de la saison. Le 18 février 1978, les joueurs en ont assez. Ils menacèrent de ne pas aller sur la glace pour affronter les Rockies du Colorado, mettant ainsi une pression sur la LNH pour octroyer les 1,3 million de dollars demandés par les propriétaires.

De l’Ohio au Minnesota……. de retour en Californie!

À la fin de la même saison, une autre équipe de la LNH, les North Stars du Minnesota avait des problèmes financiers. Craignant que les deux franchises doivent fermer les livres (ce qui ne s’était pas vu dans la LNH depuis les Maroons de Montréal en 1947), les dirigeants du circuit autorisaient le 14 juin 1978 une fusion entre les deux équipes.  Ce nouvel amalgame évoluera au Minnesota et conservera le nom « North Stars », ainsi que les couleurs et l’histoire de l’équipe. Propriété entière des frères Gund (Gordon et George III), ces derniers n’étaient pas au bout de leurs peines. Les North Stars se retrouveront encore une fois au bord du gouffre financier à la fin des années 80.

En revanche, ils avaient l’un des meilleurs contrats de la LNH en ce qui a trait au loyer et à l’occupation de leur aréna. À l’époque, c’était un détail fort important pour la LNH. Cependant, les Gund avaient une autre ambition en tête; ramener une équipe de hockey dans la région de la ‘’Bay Area’’ (San Francisco) en Californie. Le plan était de déménager les North Stars dans cette région. Encore une fois, la LNH refusa, ne voulant pas perdre les avantages contractuels de l’équipe du Minnesota avec l’aréna.

En contre-partie, la ligue proposa une solution aux Gund. Howard Baldwin (premier propriétaire et fondateur des Whalers de la Nouvelle-Angleterre) voulait renouer avec le hockey et avait signalé son intérêt de se porter acquéreur d’une équipe.

La LNH a donc facilité la transaction permettant à Baldwin de devenir propriétaire des North Stars du Minnesota, et par le fait même, les frères Gund repartèrent avec une équipe d’expansion qui allait évoluer dans la région de San Francisco à partir de la saison 1991-92.

La mise sur pied de l’équipe

Comme dans beaucoup de cas pour trouver un nom d’une équipe d’expansion, un appel à la population a été lancé et les dirigeants furent surpris de voir que plus de 5,000 noms différents avaient été soumis. Le choix logique était de prendre le plus populaire et pendant quelques semaines, l’équipe fût connue dans le plus grand secret entre l’organisation et la LNH comme étant ‘’The San Jose Blades’’… Mais après mûres réflexions, Gordon Gund n’était pas très à l’aise avec le nom car bien que le mot ‘’blade’’ signifie ‘’lame de patin’’, il a également une connotation négative en signifiant ‘’arme blanche’’… Donc, c’est le deuxième nom le plus populaire qui a été retenu. ‘’The San Jose Sharks’’.

Le nom représente bien l’endroit, car plus de sept espèces de requins sillonnent les eaux de l’Océan Pacifique et il y a dans la région, un important institut de recherches sur ce sympathique animal. Quand est venu le temps de choisir les couleurs et de créer le logo, il était évident, voire même primordial pour les dirigeants, qu’une des couleurs devait rappeler celle de l’océan. Pour la première fois dans l’histoire de la LNH, la couleur sarcelle ‘’teal’’ a fait son apparition. Le gris et le blanc représentaient les couleurs du requin et le noir a été rajouté pour donner une allure agressive à l’équipe. Le logo a été identique du début, jusqu’à une modeste modification de celui-ci à l’aube de la saison 2007-08, alors qu’une légère touche de couleur orange a été ajoutée à l’uniforme.

Pour ce qui est du logo, il représente un requin qui brise un bâton de hockey avec sa mâchoire, démontrant son agressivité et sa détermination. De plus, le logo inclut un triangle et celui-ci a sa propre signification : La région de la ‘’Bay Area’’ est située dans ce que les biologistes marins appellent le ‘’triangle rouge’’, qui longe la côte californienne (voir photo) et qui est aussi l’habitat naturel de nombreuses espèces de mammifères marins. Ceux-ci sont le plat principal du requin blanc qui est l’espèce la plus répandue dans ce triangle. 11% du niveau mondial des attaques de requins blancs sur des humains sont répertoriées à cet endroit.

Maintenant que les dirigeants de l’équipe avaient un nom, des couleurs et un logo, le temps était venu de mettre des joueurs dans les chandails et c’est à Jack Ferreira, le premier directeur-général des Sharks de San Jose qu’incomba cette lourde tâche.

Dans l’entente conclue, il fut négocié un repêchage d’expansion spécial. La nouvelle équipe californienne allait pouvoir sélectionner 14 joueurs dans l’alignement des North Stars et un repêchage d’expansion régulier allaient se tenir pour compléter les rangs des deux « demi-équipes ». Les Sharks n’ont finalement sélectionné que quatre joueurs de la liste des North Stars (probablement dans le cadre d’un accord préétabli), Brian Hayward, Shane Churla, Neil Wilkinson et Rob Zettler. Pour compléter l’entente, ils ont poursuivi ce repêchage spécial en sélectionnant dix autres joueurs de l’équipe-école des North Stars dans la Ligue Internationale. Le plus notable était celui qui allait être surnommé ‘’The Missing Link’’, le dur à cuire Link Gaetz, qui est brièvement devenu un favori des fans lors de l’année inaugurale des Sharks. Le seul joueur sélectionné dans ce repêchage qui a fini par avoir un impact à long terme avec les Sharks était un petit gardien letton nommé Arturs Irbe, que les North Stars avaient pigé au 10e tour du repêchage deux ans plus tôt…

Fallait ensuite continuer la construction et force a été de constater que les Sharks et les North Stars n’avait pas beaucoup de qualité au niveau des joueurs disponibles pour le repêchage d’expansion. Les Sharks ont utilisé le premier choix pour sélectionner Jeff Hackett qui allait devenir leur gardien partant lors de cette première saison. Le seul autre joueur notable que les Sharks ont pigé, aura été le gros attaquant Tim Kerr, mais celui-ci n’a jamais joué pour l’équipe, étant échangé aux Rangers en retour de Brian Mullen. De plus, Jack Ferreira allait compléter son alignement en acquérant par le biais de transactions des joueurs tels que Doug Wilson (premier capitaine), Wayne Presley, Tony Hrkac et Kelly Kisio

Au moment des négociations pour l’entente spéciale entre les bonzes de la LNH et les frères Gund, des pressions ont été mis sur les dirigeants de la LNH par les autres propriétaires pour ne pas octroyer aux Sharks le premier choix à l’encan amateur de 1991. La raison? Un jeune homme qui évoluait alors à Oshawa dans l’OHL, arborant le numéro 88. Un certain Eric Lindros allait être disponible au repêchage de 1991. Les Sharks ont donc obtenu le deuxième choix qu’ils allaient utiliser pour sélectionner Pat Falloon. Ils firent de Ray Whitney. le deuxième choix de leur histoire (voir photo).

Crédit photo: Bruce Bennett

Les débuts furent chaotiques pour les Sharks. Ceux-ci n’ont remporté que 28 parties au total dans les deux premières saisons et il aura fallu attendre à leur neuvième année d’existence pour qu’ils affichent un dossier supérieur à 500.

Tout au long de leurs 30 saisons (la saison actuelle est la 30ième), les Sharks ont participé aux séries d’après-saison 21 fois. Toutefois, ce n’est qu’à leur 18ième tentative (2015-16) qu’ils ont atteint la grande finale pour la première. Cependant, le requin a dû s’avouer vaincu face au pingouin, et ce, en six parties.

Saviez-vous que?

  • Jayson More est le joueur des Canadiens que les Sharks ont sélectionné lors du repêchage d’expansion
  • De leur côté, les Nordiques de Québec perdaient au même repêchage aux mains des North Stars du Minnesota, un joueur plus ou moins connu, Guy Lafleur. Le choix était étrange pour plusieurs raisons. Lafleur avait déjà annoncé sa retraite. Une autre raison était que la sélection fût un peu gênante pour les pauvres Nordiques, compte tenu que les North Stars ont préféré ne pas choisir un des joueurs actifs disponibles. Cependant, Lafleur voulait officiellement prendre sa retraite en tant que Nordique. Il a été échangé le lendemain aux Nordiques en retour d’Alan Haworth, qui avait déjà décidé de poursuivre sa carrière en Europe.
  • Le premier capitaine de l’histoire de l’équipe est l’actuel directeur-général, Doug Wilson. Il est également le défenseur ayant obtenu le plus de points dans l’histoire des Blackhawks de Chicago avec 779. (voir photo)
NHL.com
  • C’est au Californien d’origine, Craig Coxe qu’est venu l’honneur de marquer le premier but de l’histoire des Sharks de San Jose le 4 octobre 1991 et ce, contre l’équipe qui l’avait libéré le rendant disponible au repêchage d’expansion, les Canucks de Vancouver.
  • Bien que l’équipe représente la ville de San Jose, située au sud de San Francisco, c’est au Cow Palace de Daly City (nord de San Francisco) qu’ils ont évolué pendant les trois premières saisons de leur existence. (voir photo)
  • L’aréna actuel des Sharks, le SAP Center est aussi connu sous le surnom ‘’The Shark Tank’’.
  • Le 30 novembre 2005, les Sharks procédèrent à la transaction la plus importante de leur histoire en faisant l’acquisition du grand joueur de centre Joe Thornton des Bruins de Boston, en retour de trois joueurs qui n’auront pas eu un gros impact pour les Bruins, Marco Sturm, Wayne Primeau et Brad Stuart. 
  • Quelques équipes de la LNH auront au fil du temps fait vivre des sensations incroyables à de jeunes enfants malades, mais les Sharks de San Jose ont la grande distinction d’avoir poussé encore plus loin une expérience unique et mémorable pour Sam Tageson. Le 18 mars 2014, les Sharks ont en effet mis sous contrat pour une journée, le jeune homme atteint d’une maladie cardiaque rare. Grâce à ce contrat, Sam, alors âgé de 18 ans, a pu participer à l’entrainement matinal et a pu faire son entrée sur la glace par la mythique ‘’Shark head’’ pour la période d’échauffement. Il a même pu prendre sa place sur la ligne bleue lors de l’interprétation de l’hymne national (voir photo).
Crédit photo: The Mercury News
  • Denis Maruk est le seul joueur à avoir vécu la saga des Seals, des Golden Seals, des Barons et des North Stars. (voir photo)
Crédit photo: NHL.com
  • Encore à ce jour, les Barons de Cleveland sont la dernière équipe des quatre ligues majeures en Amérique du Nord (NHL, NBA, MLB et NFL) à avoir fermer ses livres sans être relocalisée.
  • Plusieurs joueurs au talent offensif se sont alignés avec San Jose tout au long des 30 saisons, mais étrangement, le record pour le plus de buts en une saison de l’équipe appartient à nul autre que Jonathan Cheechoo, qui a accumulé 56 buts en 2005-06.
  • Les Sharks comptent parmi leurs plus grands fans, les membres du groupe Metallica, qui sont originaires de la région. Durant la série finale de 2015-16, le chanteur James Hetfield et le guitariste Kirk Hammett ont interprété l’hymne national américain à la guitare électrique. De plus, le groupe et l’équipe unissent régulièrement leurs efforts lors d’événements caritatifs. (voir photo)
Metalica.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.