février 21, 2024

Espoirs CH : Oliver Kapanen a le dessus sur Filip Mesar

La deuxième journée du championnat du monde de hockey junior fut tout de même occupée pour les espoirs du CH, alors que quatre des six représentants du Tricolore étaient en action. En plus, certains ont réussi à se démarquer dans leur match respectif.

Sans plus tarder, voici donc mon évaluation de ces espoirs.

Oliver Kapanen (Finlande)

Kapanen a joué un bien meilleur match que celui contre la Suisse. Il est une des raisons principales pour lesquelles la Finlande a vaincu la Slovaquie par la marque de 5 à 2 alors qu’il a terminé la rencontre avec une récolte d’un but et une mention d’aide, mais c’est lui qui a également mis la table pour le deuxième but des Finlandais même s’il n’a pas officiellement reçu une passe sur le jeu.

En effet, il a remporté la mise en jeu en zone offensive et il a poussé la rondelle en direction du défenseur de son équipe pour garder l’attaque en vie et quelques instants plus tard, Joakim Kemell terminait le travail pour porter la marque à 2-1. Quelques minutes plus tard, c’est Kapanen lui-même qui a touché la cible à la suite d’une belle pièce de jeu où il a évité une mise en échec en entrée de zone et il a ensuite battu de vitesse le gardien slovaque en contournant le filet et ce but s’est avéré être le but de la victoire. Puis, en avantage numérique, il a remporté la mise en jeu en territoire offensif et ces coéquipiers se sont occupés du reste par la suite et cette fois-ci, il a été crédité d’une mention d’aide sur le but. L’espoir du CH a été nommé le joueur du match pour la Finlande et c’est un honneur bien mérité puisqu’il a également bien joué défensivement alors qu’il a bloqué des tirs en désavantage numérique et il s’est impliqué physiquement dans la rencontre. 

Cela dit, Kapanen a déjà égalisé sa récolte de l’été dernier alors qu’il avait terminé le tournoi avec un but et une aide en sept matchs.

Filip Mesar (Slovaquie)

Mesar n’a pas joué un mauvais match dans l’ensemble, mais au final, il a été blanchi de la feuille de pointage. Il a obtenu une bonne chance en deuxième période alors qu’il s’est amené à pleine vitesse en territoire offensif, mais il a été forcé à lancer du revers dans un angle assez restreint puisque les joueurs finlandais, dont Kapanen, ne lui ont pas donné l’option de couper vers l’enclave. Puis, lors de la troisième période, il a fendu l’air près du filet à la suite d’une passe partant de la gauche du filet vers la droite du gardien sinon c’était un but assuré.

Je vais résumer la performance de Mesar de cette façon : ce n’est pas un manque d’effort, mais on dirait que chaque fois qu’il tentait quelque chose, rien ne fonctionnait. 

Adam Engström (Suède)

Sans être flamboyant, Engström a poursuivi son bon travail à la ligne bleue de la Suède et son jeu simple et efficace lui aura permis d’inscrire son premier but du tournoi alors qu’il ne s’est contenté que de diriger la rondelle vers le filet et celle-ci a dévié sur deux joueurs allemands pour se faufiler derrière le gardien de but adverse.

Cependant, j’ai trouvé qu’il était moins impliqué offensivement aujourd’hui contrairement au match d’hier. Contre l’Autriche, il s’était démarqué à quelques reprises avec des bonnes relances en zone neutre qui ont donné, éventuellement, deux buts pour la Suède. Aujourd’hui, c’était davantage des passes courtes qui n’ont pas mené vraiment à des chances de marquer. Il s’est juste contenté de jouer le jeu simple et s’assurer que la rondelle quitte le territoire, ce qui n’est pas une mauvaise chose non plus. 

Défensivement, il est toujours alerte dans son territoire et il a toujours un oeil sur les joueurs adverses qui s’aventurent devant le filet de son gardien. D’ailleurs, il a littéralement sauvé une échappée dans un moment crucial en troisième période lorsque le joueur allemand a quitté le banc des pénalités. Engström a plongé pour harponner la rondelle et il n’ a jamais eu de lancer au filet. 

Engström était de toutes les missions défensives alors qu’il était encore une fois utilisé en désavantage numérique et il a été utilisé en fin de match alors que la Suède tentait toujours de préserver son avance d’un seul but.

Vinzenz Rohrer (Autriche)

Bien qu’il a été sur la glace pour 19:55 de temps de jeu contre la Tchéquie, Rohrer n’a pas été un facteur très dominant dans la rencontre. Le pauvre bougre a beau patiné et se démener comme un diable dans l’eau bénite, c’était une soirée difficile pour son équipe.

En effet, l’Autriche, a baissé pavillon par la marque de 9-0 contre la Tchéquie. Fait surprenant, le gardien de l’Autriche n’a jamais été retiré de la rencontre malgré le haut pointage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *