février 21, 2024

Repêchage PWHL : quatre autres Québécoises sont repêchées

Entre les rondes 10 à 15 du repêchage de la PWHL, quatre autres joueuses du Québec se sont trouvées une nouvelle formation.

Parmi le lot, deux joueuses auront la chance d’évoluer à la maison puisque la formation de Montréal a sélectionné Maude Poulin-Labelle et Ann-Sophie Bettez. Âgée de 23 ans, Poulin-Labelle a évolué dans la NCAA la saison dernière avec la formation de Northeastern. L’athlète native de Sherbrooke a touché la cible à quatre reprises en plus de récolter 18 mentions d’aide en 38 rencontres. 

De son côté, Bettez était la capitaine de la Force de Montréal lors de la dernière saison. Elle a frôlé la moyenne d’un point par match avec une récolte de 11 but et 11 mentions d’aide en 23 matchs. Elle remplira certainement un rôle de leader puisqu’elle est la joueuse la plus âgée et avec le plus d’expérience au sein de l’équipe. Il ne faudrait pas être surpris s’il elle avait une lettre sur son chandail la saison prochaine.

Veillette et Labelle également repêchées

Parmi les deux autres Québécoises qui ont été repêchées dans les dernières rondes, nous retrouvons Audrey-Anne Veillette et Alexandra Labelle. Les deux joueuses ont dû attendre à la 15e ronde avant de connaître leur destination. 

La soeur de l’attaquant du Cool FM de Saint-Georges, Pierre-Luc Veillette, a été réclamée par la formation d’Ottawa. La saison dernière, elle évoluait avec les Carabins de l’UQAM et elle a très bien fait avec une récolte de 35 points en 22 matchs. 

De son côté, Labelle retrouvera deux autres Québécoises du côté de New York, soient Élizabeth Giguère et Jade Downie-Landry. L’an dernier, elle jouait pour la Force de Montréal et elle a récolté 13 points en 24 rencontres. 

Au final, c’est un total de sept joueuses provenant du Québec qui auront la chance d’évoluer dans la toute nouvelle ligue féminine. Notons que Mélodie Daoust s’était inscrite pour le repêchage, mais qu’elle a finalement pris la décision de se retirer en raison de ses engagements. Toutefois, elle ne ferme pas la porte à disputer quelques rencontres, mais elle ne voulait pas s’engager à temps plein. 

Crédit photo : Facebook Force de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *