juillet 21, 2024

Katherine Harvey-Pinard; journaliste sportive au parcours atypique

Elle vient d’Arvida et d’une famille de sportifs. Plus jeune, elle ne croyait pas son rêve accessible. Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus, dit-on? Katherine Harvey-Pinard couvre maintenant le sport à La Presse depuis le 10 mai 2021.

Chantal Machabée, cette pionnière

Dans le sous-sol de la maison familiale, Katherine servait de gardienne de but devant les tirs de ses frères. Ses premiers pas dans le monde du hockey sont des souvenirs lointains, mais la céramique du plancher s’en rappelle et porte encore les marques.

À l’école, elle a toujours été bonne en français et non dans les mathématiques. Il y avait même un grand contraste. Ce talent, celui d’oratrice et son goût pour le sport, lui valaient la comparaison à Chantal Machabée.

« Je me demandais ce que j’allais faire. Je savais que j’aimais le français. J’ai hésité aussi à aller en techniques policières. J’ai fait trois années au Cégep en Sciences humaines et je suis allée en Communication, rédaction et multimédia à l’Université de Sherbrooke, comme ma mère. »

Katherine Harvey-Pinard

Pendant son bac, elle a travaillé pour le Phoenix de Sherbrooke, équipe dans la LHJMQ; c’était pour signer les textes de résumé des parties et les communiqués. Dès lors, la piqûre a été attrapée.

À la fin de ses études, Katherine a trouvé du travail rapidement au Courrier du Sud à Longueuil, journal appartenant à Gravité Média. Là-bas, elle a pu couvrir les sports, mais aussi les crimes et les faits divers. Après presque trois ans, elle tomba sur une offre d’emploi de La Presse et se fit engager.

Elle fera partie de l’histoire

Le 19 mars 2022, Ève Gascon devenait la première femme depuis Charline Labonté, à disputer un match dans la LHJMQ. Katherine Harvey-Pinard fut envoyée sur place lors de ce match, dans le but de couvrir l’événement et écrire un texte. Après la partie, la journaliste nota les impressions de la gardienne.

Maintenant, lorsque nous allons faire une recherche de cet événement sur Google, le nom de Katherine Harvey-Pinard y sera associé. Elle fera partie de l’histoire, elle aussi, d’une certaine façon.

Dernièrement, Katherine a aussi eu en entrevue Geneviève Paquette, responsable de l’engagement communautaire chez le Canadien de Montréal. Elles ont échangé à propos de l’espoir Logan Mailloux. L’article faisait le point sur, où en était la thérapie du joueur et la somme de 1 million de dollars, investie dans un plan de sensibilisation aux dangers des cyberviolences sexuelles.

« J’ai fait Promédia, car éventuellement, je pensais peut être faire de la radio ou de la télévision. L’idée de la caméra me stresse. Quand j’écris, je suis chez moi ou sur une galerie de presse et j’ai le temps. Je peux me relire. À l’écriture, je suis vraiment dans mon élément. »

Katherine Harvey-Pinard

Katherine aime raconter une histoire et elle le fait bien. Elle reçoit déjà beaucoup d’éloges et ses collègues de La Presse sont d’une gentillesse avec elle. Elle a trouvé sa place et nous n’avons pas terminé de parler d’elle.

Pour entendre l’entrevue complète avec Katherine Harvey-Pinard:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation. We are committed to protecting your privacy and ensuring your data is handled in compliance with the General Data Protection Regulation (GDPR).